Accueil > Centres de ressources > Développement durable > Documentation > L’urbanisme écologique : un nouvel impératif ?

L’urbanisme écologique : un nouvel impératif ?

6 septembre 2021,

Métropolitiques, dossier, 6 septembre 2021.

"L’extension rapide des surfaces urbanisées affecte la biodiversité, homogénéise les paysages et transforme les modes de vie en raréfiant les expériences sensibles des milieux naturels. Ce dossier explore les réponses que les concepteurs d’espaces urbains peuvent apporter aux urgences écologiques et politiques."

"À l’échelle mondiale et depuis trois décennies, les surfaces urbanisées gagnent en moyenne 110 km² par jour, soit environ la superficie de la ville de Paris. D’ici 2030, leur étendue aura triplé par rapport à 2000, pour atteindre l’équivalent de deux fois celle de la France métropolitaine (Seto et al. 2012). À l’échelle de la France justement, cette expansion urbaine est particulièrement visible, et pas seulement autour des plus grandes métropoles, puisque les surfaces urbaines occupent désormais 22 % du territoire et hébergent 77 % de la population (Clanché et Rascol 2011).

Cette urbanisation extensive affecte en profondeur la biodiversité et les fonctionnements écologiques. L’imperméabilisation des surfaces, la fragmentation des espaces « verts » et les activités humaines caractéristiques des milieux urbains filtrent les espèces végétales et animales, pour ne conserver que les espèces généralistes, capables de s’adapter à des facteurs environnementaux contraignants (Niemelä et Kotze 2009 ; Williams et al. 2015). En parallèle, les pratiques ornementales et la sélection de plantes exotiques utilisées tendent à s’uniformiser d’une ville à l’autre, quels que soient le pays, la région ou le contexte écologique, ce qui entraîne une homogénéisation des paysages (Pearse et al. 2018). [...]

SOMMAIRE

Savoirs scientifiques, connaissance historique

  • « L’émergence de la pensée écologique en ville », Charles-François Mathis
  • « Et si on pensait aux sols urbains ? Le fonctionnement écologique des villes », Sophie Joimel et al.
  • « Rendre la ville accueillante pour les abeilles », Benoît Geslin

De la recherche à l’opérationnel

  • « Pourquoi et comment favoriser la spontanéité écologique en ville ? », Sébastien Bonthoux et Simon Chollet
  • « Vers une nouvelle place du vivant dans les projets architecturaux et urbains », Léa Mosconi
  • « À quelle demande répond l’intégration de biodiversité chez les opérateurs urbains ? », Tanguy Louis-Lucas

Regards politiques sur la place du vivant dans la ville

  • « Chute de la biodiversité en Île-de-France : encore la faute de Le Corbusier ? », Luc Laurent
  • « Les Zoocities et le voisinage multispéciste : des barrières à la bonne distance ? », Julie Beauté
  • « Qui jardine la ville ? Pour une écologie urbaine politique », Olivier Gaudin

Lire l’intégralité du dossier et des articles sur le site de la revue